30 années passé dans le dépannage et la réparation

Interview d’un Répar’acteur

Christian Mezille de la Clinique du rasoir, artisan réparateur de rasoirs, tondeuses, affutage de ciseaux, couteaux,… à Limoges.

www.cliniquedurasoir.fr

« Si la démarche peut faire connaître nos métiers et mettre en lumière l’intérêt économique et écologique de ces derniers, je suis partant! »

Fondée en 1963, la Clinique du Rasoir s’est installée rue Adrien Dubouché en 1975. Spécialisé dans la réparation de rasoirs électriques, sèche-cheveux, tondeuses et épilateurs, Christian Mézille assure également l’affûtage de petites lames, telles que les ciseaux, couteaux de cuisine ou encore petits sécateurs. Aujourd’hui, ils restent une dizaine d’artisans en France seulement dans ce domaine.

mr face

Plus de 30 années passé dans le dépannage et la réparation, Christian Mézille est plus que sensibilisé à la démarche « Répar’Acteurs » ; c’est l’essence même de son travail ! Quant à l’obsolescence programmée, il en entend parler depuis tout aussi longtemps !

« Ça a toujours existé ! Les pièces d’usure programmée, ce n’est pas nouveau ! La réparation de certains appareils est de plus en plus difficile car beaucoup de grandes marques ne fabriquent plus de pièces détachées, jugées pas assez rentable. En revanche, d’autres ont fait le choix de la qualité et du développement durable ; un groupe comme DIS, par exemple, qui rassemble de grandes marques telles que Rowenta, Calor, Seb ou encore Moulinex, assure pendant 10 ans la fourniture des pièces détachées ! Aujourd’hui, j’ai des clients de la France entière qui m’envoient leurs appareils de toutes marques à réparer, 86, 79, 25, 17, 69, 13, 37… ».

En parcourant les souches du facturier de Christian Mézille, on a vite fait le Tour de France ! Intégrer la démarche « Répar’Acteurs » est un plus pour cet « horloger des rasoirs » qui en rejoignant les acteurs de la réparation, anticipe également sa relève en dotant son entreprise d’outils de communication supplémentaires !

« Je suis un des derniers à posséder certaines pièces détachées ; j’ai des notices techniques qui datent de 1968, très détaillées à l’époque, ces originaux constructeurs proposaient les coupes éclatées de tous leurs rasoirs ! Un bijou technique très précieux pour les réparateurs ! Mais les prix des pièces augmentent, certaines accus sont même introuvables à l’heure actuelle… Récemment, il m’est arrivé de fabriquer mes propres joints à l’emporte-pièce pour un rasoir vieux de 40 ans ! Alors si la démarche peut faire connaître nos métiers et mettre en lumière l’intérêt économique et écologique de ces derniers, je suis partant ! Pourquoi jeter alors qu’une fois l’appareil réparé, il est reparti pour 10 ans de mieux et que la réparation est garantie ! ».

Christian Mézille est non seulement un précurseur de la démarche « Répar’Acteurs », mais également un passionné et un collectionneur ; sa « Clinique du Rasoir » est également un véritable petit musée où sont exposés plus de 500 rasoirs électriques, où les Remington côtoient les Philips et autres grandes marques sur les rayonnages ! Le plus ancien est un rasoir 1 tête de Philips qui date de 1939 !

tondeuses

 

« L’entretien est primordial ! »

Christian Mézille reçoit plus d’une dizaine de clients par jour auxquels il dispense conseils et consignes d’utilisation pour prolonger la durée de vie de leur appareil. Et tout passe par un bon entretien et un nettoyage fréquent et adapté de l’appareil.

« Pour chaque panne ou dysfonctionnement, j’explique aux clients ce qu’il ne faut surtout pas faire et je les sensibilise sur l’importance du nettoyage et d’une bonne utilisation de leur appareil. C’est l’essence même d’un artisan, non ? »